Lors de mon bref séjour à Dijon, le temps presque hivernal n'était guère propice à la balade, l'appareil en bandoulière. J'ai donc choisi le petit Sony, plus commode et moins encombrant, me permettant de mettre souvent les mains dans les poches. Les photos sont assez sombres, le ciel l'étant encore plus !

 

 

 

Le Palais des ducs de Bourgogne fut le siège des souverains du duché de Bourgogne, les ducs de Bourgogne. Il abrite aujourd'hui l'Hôtel de Ville de Dijon et le musée des Beaux-Arts de Dijon

Quelques vues du Palais des ducs de Bourgogne, qui est pratiquement le centre de la ville. Tout d'abord la cour d'honneur, vue depuis la place de la Libération.

           DSC00044b

La place, en demi-cercle, maintenant entièrement dégagée, est agrémentée à la belle saison de jets d'eau (ligne claire sur la vue ci-dessus) dont le début varie d'intensité à chaque instant ; en période de grande chaleur, les enfants jouent à courir au-dessus. La tour Philippe le Bon domine le tout.

                    DSC00040b1

                    DSC00041b

Vue ci-dessus : la rue Rameau avec, sur la gauche, le musée des Beaux-Arts, le théatre, et tout au fond l'église St-Michel.

                    DSC00043b

La rue de la Liberté, en direction du centre ville.

           DSC00042b

À suivre.

 

 

 

Wikipedia nous donne ces précisions :

Le palais des ducs et des États de Bourgogne est un ensemble architectural comprenant plusieurs parties imbriquées : la plus ancienne est le palais ducal des XIVe siècle et XVe siècle, de style gothique, qui comprend encore un logis (bien visible depuis la place des Ducs), les cuisines ducales (cour de Bar) et deux tours : la tour de la terrasse, ou tour Philippe le Bon, une « guette » qui domine tout Dijon, et la tour de Bar. La plus grande partie des bâtiments visibles aujourd'hui a cependant été bâtie aux XVIIe et surtout XVIIIe siècles, dans un style classique. Enfin, la façade du musée des Beaux-Arts, sur la place de la Sainte-Chapelle, a été élevée au XIXe siècle à l'emplacement de la Sainte-Chapelle du palais, détruite en 1802. Cet ensemble, dans un remarquable état de conservation, témoigne de presque un millénaire de vie politique à Dijon.