Un peu de botanique.

Le tronc d'un prunus, reste d'un bel arbre, aux fleurs rose-dragée, qui avait rendu l'âme il y a quelques années, avait été colonnisé par un lierre grimpant. Le tronc avait pratiquement pourri et sèché et ne tenait plus que grâce aux racines du lierre. J'ai décidé de le faire abattre, en même temps qu'un autre arbre fruitier qui a séché.

Le lierre grimpant est une espèce de lianes arbustives à feuilles persistantes de la famille des Araliaceae. L'espèce est spontanée en zone eurasiatique de l'hémisphère nord. Il a des tiges ligneuses ou grimpantes de taille indéfinie. Les fleurs, jaune verdâtre, portent cinq pétales.

3

4

5

Les fleurs attirent les "abeilles solitaires"

DSC_1839a

DSC_1841a

Les fruits du lierre grimpant sont des baies de 8 à 10 mm, d'un bleu violet groupées en grappe. Ils sont toxiques pour l'homme, mais sont appréciés par les oiseaux à la fin de l'hiver.

2

Les rameaux sont grimpants et ornés de poils étoilés grisâtres à 5-6 rayons ; ils portent au milieu des entrenoeuds des crampons parfois difficiles à enlever, qui sont des racines transformées émettant de nombreux poils ventouses qui s'accrochent à un support (mur, arbre). Ces racines modifiées n'ont aucune fonction absorbante ; le lierre n'est pas une plante parasite, à la différence du gui, par exemple. Il se nourrit uniquement avec son système racinaire souterrain.