Saint-Gervais-les-Bains.

Ainsi appelée depuis l'exploitation de ses eaux thermales depuis le début du 19e siècle.

                             Affiche_d__poque Affiche PLM

1806 : découverte des sources thermales au Fayet, par M. Gontard. Développement des bains qui permettent à Saint-Gervais de participer à la grande vogue des bains au XIXe siècle. On dénombre 600 baigneurs dès 1824.

1892 : la catastrophe du 12 juillet 1892 stoppe brutalement cette prospérité. Une coulée de boue détruit le bâtiment et fait plus de 200 victimes.

À l'origine de cette catastrophe, une poche d'eau accumulée sous le glacier de Tête Rousse qui se rompt dans la nuit du 12 juillet 1892, emprunte la combe de Bionnassay, détruit en partie le village de Bionnay, avant de s'enfoncer dans la gorge du Bon Nant. L'établissement thermal qui se trouve au pied de la gorge est emporté par la force de la coulée de lave de boue et de rochers.

Depuis, les thermes se sont à nouveau développés et sont reconnus dans le milieu médical pour le traitement des maladies ORL et des grands brûlés, avec également une gamme de produits cosmétiques.

                                     ----------------------------------

 Le nom de St-Gervais vient du latin Gervasius, saint romain qui fut martyrisé sous le règne de Néron avec son frère Protais.

                                      1

                 2    3

L'église fut construite en 1697. Le clocher fut détruit par la foudre en 1792, reconstruit en 1819. La façade est significative de l'art baroque savoyard : scènes peintes, portail à fronton interrompu surmonté de trois fenêtres accolées. Le clocher est désaxé par rapport au choeur qu'il flanque au nord ; il avait été reconstruit sur les bases du précédent.

                                               5

"Belle flèche actuelle, à pyramide basse, lanterne ceinte d'une galerie, bulbe, lanternon, bulbe secondaire et aiguille". (Histoire des communes savoyardes. H.Baud, J-Y Mariotte, A.Guerrier)

                                               6 

                                               7

                            8

Le retable du maître-autel date de 1822. D'une composition à trois étages, le registre central comporte autour du tabernacle les statues des saints Gervais et Protais encadrés eux-mêmes des diacres Laurent et Etienne. (Histoire des communes savoyardes)

                                                              9

                                                              10