L'ancienne abbaye.

 La tradition fait remonter sa fondation à Charlemagne qui y déposa les reliques de St-Sicaire. L'abbaye devint un lieu de pélerinage très fréquenté.

                      1

Un personnage célèbre vécut ici : Pierre de Bourdeille, dit Brantôme. 

                                                                            200px_Pierre_de_Brantome

Pierre de Bourdeille est un personnage à plusieurs facettes. En effet, abbé laïc (ou séculier) de Brantôme, il s'illustre aussi bien par les armes que par la plume de l'écrivain. Il a beaucoup écrit sur les grands personnages de son temps et des générations immédiatement précédentes. Même s'il n'est pas considéré comme un historien, il est un chroniqueur du À la mort de Marguerite d'Angoulême, en 1549, il partira à Parispoursuivre ses études. Il les terminera à Poitiers en 1555. En 1556, Pierre de Bourdeille reçut du roI henry II la commendede l'abbaye de Brantôme en compensation de la mort héroïque de son frère ainé le capitaine de Bourdeille. Il devint ainsi abbé et seigneur de Brantôme. Son titre d'abbé lui vient donc de là, mais Pierre de Bourdeille n'a jamais été religieux lui-même.

                                      2

Le clocher est construit non pas sur le toit de l'abbatiale mais sur un rocher abrupt de 12 m de haut sous lequel s'ouvrent de vastes cavernes. (Guide Vert).  Le trompe-l'oeil est saisissant.

                                     3

                                                             4

                                                            5

                                    6

En 1562, Pierre de Bourdeille rejoignit l'armée royale et participa aux combats des guerres civiles de la première guerre de religion entre les Catholiques (avec qui il est) et les Protestants, et notamment à la bataille de Dreux. En 1567, il s'attacha à la cour et reçut une pension en qualité de gentilhomme de la Chambre du roi sous Charles IX, qui l'appréciait. En 1569, les réformés vinrent par deux fois au monastère de Brantôme, qui leur ouvrit ses portes. Les troupes de Coligny y firent halte la première fois, plutôt en amis qu'en conquérants. Bourdeille s'y trouvait, alors que la seconde fois, quelques mois plus tard, il était absent. Les réformés n'en respectèrent pas moins l'abbaye qui était alors riche et prospère, et comptait plus de quarante religieux. Épris d'aventure, Pierre de Bourdeille passera trois mois et demi à Malte avec les chevaliers de Saint-Jean. Il est tellement fasciné par leur vie, qu'un moment il souhaite entrer dans la chevalerie. Il participe aux deuxième et troisième guerres de religion entre catholiques et protestants, et est présent aux batailles de Meaux et de Saint-Denis.

Il mettra fin à sa carrière militaire en 1574. Par la suite, ses voyages se limiteront à suivre la cour, où il semble avoir été passionné par les intrigues amoureuses, les duels, les rivalités et les assassinats.

Sur la gauche de la tour, on aperçoit le pavillon Renaissance, avec ses fenêtres à meneaux.

                      7

En 1584, à l'âge de 44 ans environ, il perdit son maître François d'Alençon, duc d'Anjou, héritier éventuel de la couronne de France. Il allait trahir son roi, quoi qu'il en eût dit, et passer au service de l'Espagne quand une vilaine chute de cheval le contraignit à l'immobilité deux années dans sa propriété. Ainsi il se retira « perclus et estropié » de la cour et « songea à ses amours et aventures de guerre, pour autant se contenter ». Il dicta ses mémoires aux frères Matheaud et rassembla des poèmes pétrarquisants.Ainsi pendant les trente dernières années de sa vie, Bourdeille se retira dans ses terres, partagea son temps entre sa maison de Bourdeilles, l'abbaye de Brantôme, le château de la Tour-Blanche et sa dernière demeure de Richemont. Il se consacra alors à l'écriture et expia ainsi une vie passablement agitée, vagabonde et amoureuse. Il écrivit, comme en se jouant, les Mémoires qui l'ont immortalisé. Ces mémoires souvent légers, plaisent surtout par leur style sans artifices.

Il meurt le 15 juillet1614 dans son château de Richemont, où il fut enterré dans la chapelle.

Le pont Coudé. Les arches sont différentes les unes des autres.

                8

 Le pont se termine en angle droit, d'où son nom.

                9

À suivre.